Implication citoyenne et intégration des quartiers populaires à un système urbain connecté à Buenos Aires

par Léa Delmas et Marie Zuliani


Buenos Aires: Ciudad 2.0 - par Léa Delmas et Marie Zuliani

Le projet Buenos Aires Ciudad 2.0 a son propre blog et sa propre page Facebook. Vous pouvez y suivre l’avancée de nos recherches !

L’Amérique Latine fait face à d’importants défis liés à son urbanisation massive, qui entraîne de profondes transformations urbaines, mais aussi sociales et économiques avec des phénomènes de forte paupérisation. Les grandes villes tentent de mettre en place des modèles de développement et de planification capables d’y répondre dans un contexte de transformation des modes de gouvernance urbaine. Elles déploient ainsi des stratégies dites "intelligentes".

C’est notamment le cas de Buenos Aires, qui se trouve en bonne position dans les différents classements sur les Smart cities, avec une transition vers la ville intelligente qui fait l’objet d’un très fort volontarisme municipal et est porté par des organismes publics ayant une longue tradition de planification urbaine. Alors que d’autres villes du continent, comme Santiago au Chili, appuient le développement de la smart city sur un modèle essentiellement fondé sur l’initiative privé, Buenos Aires a innové face à une relative absence de cadre économique favorable. Au-delà du déploiement d’un réseau de BRT (bus à haut niveau de service) moderne et d’infrastructures cyclables, la spécificité de la capitale argentine est sa politique de dématérialisation, avec des programmes d’open data, services en ligne et zones WIFI gratuites. La ville a ainsi créé en 2011 un Ministère voué à rendre la ville plus intelligente (Ministerio de Modernizacion), responsable de la conception et mise en œuvre de programmes cherchant d’abord à mettre les NTIC au service du dialogue administration-administrés, à travers un accès ouvert aux données gouvernementales, des applications smartphone pour les évènements municipaux et des démarches administratives dématérialisées.

Le concept de la smart city implique de traiter des enjeux à la fois économiques, énergétiques, environnementaux, politiques, et technologiques. Notre problématique s’organise cependant principalement autour de la question de l’implication citoyenne, un des objectifs prioritaires des politiques menées à Buenos Aires. Cela nous amène à nous poser deux principales questions qui seront structurantes pour notre recherche : d’une part, la question de l’échelle du projet de smart city (liée à celle de l’échelle de gouvernance) comme élément de réflexion essentiel pour favoriser la participation citoyenne, et d’autre part, la question de l’intégration des quartiers marginaux dans un système urbain interconnecté. La ville intelligente est-elle accessible à tous ? Quelles nouvelles fractures socio-urbaines peut-elle susciter ?

Marie Zuliani et Léa Delmas partent mener une étude de terrain à Buenos Aires du 7 juillet au 4 aout.
Marie Zuliani et Léa Delmas partent mener une étude de terrain à Buenos Aires du 7 juillet au 4 aout.

La question de la forme urbaine reste prégnante, et nous prévoyons ainsi d'associer nos réflexions sur le déploiement du numérique et ses conséquences sur les usages de la ville, les modes de vie, la citoyenneté et l'action publique à une réflexion sur la forme de la ville elle-même et sur son modèle de développement. Comment la forme urbaine de Buenos Aires est-elle modelée par la mobilisation de ces technologies ? Quels outils numériques sont adaptés à ce type de territoire ? Quelles nouvelles interactions, sociabilités, implications citoyennes et innovations organisent-ils dans la ville ?

 

Notre recherche de terrain sera nourrie d'entretiens avec les différents acteurs de la "fabrique" de la smart city à Buenos Aires : acteurs politiques locaux et métropolitains, chercheurs et universitaires, spécialistes de l'urbain à Buenos Aires, acteurs privés et entreprises du numérique, ONG et associations dans les domaines de la participation et de l’innovation citoyenne, habitants et collectifs d'habitants, etc.

Vous pouvez également participer à notre campagne de financement participatif si le sujet vous intéresse et que vous avez envie de soutenir le projet.

Sachez qu’à partir de 20 euros de dons on vous envoie une petite carte postale d’Argentine pour vous remercier (envoyez votre adresse à buenosairesprojet@gmail.com) !

 


2 commentaires